Comment trouver un bon ramoneur ?

Comment trouver un bon ramoneur : quelques astuces

Le ramonage d’une cheminée a des conséquences sur la sécurité d’un bâtiment et de ses occupants, car il prévient les risques d’incendie et d’intoxication au monoxyde de carbone.

Il permet aussi de réduire la consommation de bois et d’optimiser le rejet des fumées dans l’atmosphère.

Il est donc fondamental de vous attacher les services d’un ramoneur agréé et dont le travail est d’une qualité irréprochable.

À la fin de sa prestation, il vous remet un certificat qui atteste de l’entretien régulier et conforme à la loi de votre cheminée. Ce document vous protège vis-à-vis de la loi et des assurances en cas de sinistre.

Pour vous assurer de la dénomination exacte du terme « ramonage » et des diplômes qui s’y rapportent, vous pouvez consulter l’article de la DGCCRF sur l’entretien des chaudières.

La certification du ramoneur

Le label OPQCB – Organisme Professionnel de Qualification et de Classification du Bâtiment – atteste de la qualification de l’entreprise de ramonage.

La certification Qualibat, créée en 1949, est reconnue par le ministère du Logement. Elle vous permet de travailler en confiance avec une entreprise qualifiée, à jour de son assurance civile professionnelle.

Les tarifs de ramonage

Si c’est la première fois que vous faites ramoner votre cheminée, demandez un devis.

Il dépendra de votre région, de l’ampleur du travail à effectuer, de la taille de la cheminée, de la longueur des conduits, de l’accès au toit, et d’éventuels frais de déplacement.

Généralement, le ramoneur vous propose un contrat d’entretien pour effectuer votre ramonage une ou deux fois par an, selon vos obligations vis-à-vis de la loi et de votre souhait.

Si la législation ne nous impose qu’un ramonage par an, rien ne vous empêche de procéder à l’opération deux fois par an pour vous tranquilliser.

L’encrassement de votre cheminée dépend de l’usage que vous en ayez qui est différent si c’est votre chauffage d’appoint ou votre chauffage principal.

Il dépend également du type de bois que vous utilisez et s’il est plus ou moins sec ou humide.

Enfin, la meilleure carte de visite reste le bouche-à-oreille !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *